Lescodesontchange

14 septembre 2012

L’horlogère impatiente

Publié par lescodesontchange dans Non classé

N’avez vous jamais connu dans votre entourage de fille qui aurait tout pour être heureuse, s’il ne lui manquait pas l’essence même de sa condition de femme (c’est un peu exagéré quand même) : un bébé. Voici notre exemple concret : Amalia.

 L'horlogère impatiente Capture-d’écran-2012-09-13-à-23.06.41-212x300

Amalia est une femme comblée : Beau mari, boulot très sympa dans la pub, aisance financière, elle mène ce qu’on peut qualifier de belle vie. Seulement voilà, Amalia a un souci de taille, elle n’arrive pas à tomber enceinte.

A peine leurs consentements mutuels échangés, Amalia et son mari Adrien ont été confrontés à la dure réalité de leur condition de couple marié : qui dit mariage, dit bébé… Et si possible avec une conception très rapide. Mais voilà, ce n’est pas si simple que cela.

Pendant un moment notre jeune mariée voulait encore profiter de la vie à deux et refusait catégoriquement l’idée d’enfanter. Lassée, par les éternels : « Alors les jeunes quand est ce que vous nous faîtes un beau petit ? » … « Allez, il faudrait quand même s’y mettre, vos parents ne sont plus si jeunes … ». Amalia se gardait bien de répondre à ces questions intimes et se limitait à un évasif : « On a le temps… ».

Puis, un beau jour, peut être avec une petite prise de conscience des années qui défilent, ou du fameux rappel de l’horloge biologique, Amalia s’est décidé : Oui, elle allait arrêter la pilule et oui, ils allaient « le » faire. Pourtant malgré une vie sexuelle totalement épanouie, Amalia ne tombait pas enceinte. Il fallait dès lors comprendre, d’où venait son problème : d’elle, de lui, des deux cumulés ?

Après moultes rendez vous chez les plus grands spécialistes sur la question, l’heure des tests avait sonné. Amalia fut la première : de prise de sang en échographies diverses et variées, elle comprit que la tâche ne serait pas si facile. En y songeant, elle rêvassait à ses idéaux d’antan où,  pour elle, le simple fait de vouloir, était synonyme de réussite. Ah, si c’était si simple …

Adrien, son charmant mari,  pensait quant à lui, échapper à ce genre d’expériences embarrassantes … Et bien, non. Malgré ses réticences, l’heure avait aussi sonné : Il devait tester sa virilité … Oups pardon (lapsus révélateur), sa fertilité !

Lui l’homme viril, sûr de lui, devait passer ce fichu test en clinique. Un beau matin d’Avril, Adrien se présente donc à la section infertilité de la clinique la plus proche. Dés l’arrivée, il a du mal à trouver le lieu où il doit déposer sa précieuse semence. Direction l’accueil, où une charmante infirmière, proche de la retraite, lui lance un discret «  le centre d’infertilité ?! En haut à gauche ! ». Lui qui voulait obtenir un renseignement discret … C’est raté ! Arrivé devant le soi-disant centre, une autre infirmière le renvoie, toujours aussi discrètement, dans « Le centre d’INFERTILITEEEEE, c’est sur votre gauche, Monsieur !! ».

Arrivé enfin à bon port, Adrien se retrouve bloqué dans une salle d’attente, coincé entre un couple de beauf qui semble tout droit sorti des « Deschiens » et un couple de presque quinquagénaire mal assorti. Après une longue attente, où il a le temps de penser à ce qu’il va faire, son tour arrive. Et là, grand moment de solitude : il pensait trouver une salle chaleureuse avec quelques bon magasines pour adultes légèrement collants mais pas trop.

En fait, il est parachuté dans une salle miteuse après qu’une infirmière lui ai recommandé de s’installer sur le canapé « pour faire ce qu’il a à faire » et de retirer ensuite le papier d’hygiène … Plus glauque, tu ne peux pas faire. Cerise sur le gâteau, ne parvenant pas à ouvrir la boite où il doit déposer le flacon rempli de son sperme, il est obligé de faire venir une infirmière qui lui réexplique le fonctionnement … La honte jusqu’au bout …

Mais voilà, après tous ces tests, le bébé n’arrive toujours pas. Pourtant, en dehors de quelques couples d’amis qui se trouvent dans la même galère, tout autour d’eux : les couples pouponnent. Des familles se créent. Et même si c’est toujours avec un plaisir partagé qu’ils apprennent la naissance proche d’un nouveau petit être, ils ne peuvent s’empêcher, le soir, assis sur leur canapé, de se dire qu’à trois, ca serait « vachement » mieux.

Comment ne pas songer dans l’histoire à ces couples célèbres qui se sont battus pour avoir un enfant. Ainsi, Louis XIII et Anne d’Autriche malgré un mariage célébré tôt, n’enfanteront que tardivement. Le souci majeur de Louis XIII, durant son règne, est d’être de nombreuses années sans héritier mâle. D’une santé médiocre, secoué par de violentes maladies, le roi manque à maintes reprises de mourir subitement sans héritier. La très difficile relation qu’entretient le roi avec la reine, augmente les espoirs de ces princes, qui toujours mêlés à des complots, espèrent bien que le roi n’aura jamais d’héritiers. La naissance du dauphin, futur Louis XIV, en 1638, après 23 ans de mariage, alors que le roi et la reine ont 36 ans, lui vaut le surnom de « l’enfant du miracle ».

Il en va de même pour l’histoire d’Abraham et de Sara. La Bible est claire sur la promesse faite au vieux patriarche : « … C’est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier… » Genèse. 15, 4. Et pourtant les années passent et la déception immense d’Abraham et Sara s’installe. Sara est resté stérile depuis son mariage même si telle n’était pas la volonté de Dieu qui, très tôt, a déclaré à Abraham qu’il aurait un fils, un héritier. Après l’enfant qu’Abraham eut avec sa servante Agar, Dieu lui révèle qu’il aura aussi un enfant avec Sara. Leur fils, Isaac naîtra à un âge où les deux époux ne pensaient plus du tout être en mesure d’enfanter.

Alors, et ce malgré ces expériences épiques, toujours pas de futur dauphin, toujours pas d’Isaac : Amalia et son mari attendent toujours.  Est ce une véritable impatience de leur part ou bien succombent t-il au mal du siècle consumériste où tout doit être obtenu dans la minute ? Autour d’eux, les familles continuent de s’agrandir … Entre joies partagées et moments de doutes, notre jeune couple nous permet une nouvelle fois de se questionner : les codes ont-ils vraiment changé ? 

Charlotte

Laisser un commentaire

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur