Lescodesontchange

10 octobre 2012

Le Casanova casé

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Samedi soir, 21h, 1 gramme d’alcool dans le sang.  C’est notre rituel : une fois par mois, on se retrouve, moi et ma bande de potes mariés jusqu’au coup, dans le centre ville, prêt à écumer les bars et se dandiner sur le « dance floor » des boites de nuit. On a besoin de se retrouver de temps en temps, en laissant femme et enfant(s) à la maison, pour se rappeler nos bons souvenirs. Parmi nous, Stéphane est le prototype du Casanova casé.

Le Casanova casé capture-decran-2012-10-10-a-19.10.24-300x199

Stéphane, la trentaine bien tassée, est en couple depuis 8 ans avec sa femme, Viviane, qui est aussi la maman de leur fille. Plutôt beau gosse, Stéphane était un peu le préféré des étudiantes de la fac de lettres. Sa rencontre avec Viviane, un véritable coup de foudre, a mis un terme à sa carrière de « Dom Juan ». Enfin …

21h : Alors que nous entamons notre énième tournée de bière, un groupe de jeunes filles (enfin la vingtaine quoi) s’installe à la table à côté de nous. Alors que nous discutions des derniers résultats sportifs, Stéphane leur adresse un large sourire et s’empresse de ramasser la veste, tombée au sol, de l’une d’entre elles. De fil en aiguille, nous apprenons qu’elles sont étudiantes en lettres et qu’elles fêtent leurs retrouvailles. Stéphane ne peut s’empêcher de leur dire que nous partons manger dans un resto voisin à l’ambiance très sympa et qu’elles peuvent se joindre à nous … Bien entendu, sa technique, habituelle et bien rodée, est de s’adresser à la plus communicative du groupe (pas forcément la plus jolie). Mais sur ce coup, ça ne marche pas.

22h30 : Nous arrivons dans notre resto à tapas et le patron nous a réservé « notre » table centrale : à comprendre, celle où on peut observer toutes les tables de la salle … ou plutôt la gente féminine assise à ses tables. On s’assoit à peine sur les hauts tabourets, que l’un de nous manque déjà à l’appel : Stéphane ! Il s’est arrêté à une table vers l’entrée où deux trentenaires de sexe féminin, bien éméchées, rient à gorge(s) déployée(s) (leur décolleté est aussi très ouvert …) aux blagues de notre Casanova casé.  Je décide d’aller le chercher : « Stéphane, tu viens ? … – Eh César, je te présente Laure et Elsa, tu te souviens on les avait rencontré au Rock Sun le mois dernier ?! ». En effet, je me souviens de ces deux sirènes peu farouches qui s’étaient dandinées toute la soirée près de nous (et surtout de Steph’).

00h30 : Alors que nous sortons à peine du resto et que notre vision est de moins en moins claire, nous croisons sur le chemin le groupe de fille du début de soirée. Stéphane s’empresse de leur crier : « Les filles, c’est le destin si nos chemins se croisent à nouveau. Allez venez, on part danser au Rock Sun !!! ».

Même si son attitude pourrait choquer les plus puritains, nous n’avons jamais vu Stéphane embrasser une autre fille ou pire coucher avec. Pourtant, c’est vrai que pendant les soirées, il n’arrête pas une seconde. Nous en avons souvent discuté tous ensemble : il explique que lors de ces soirées, l’alcool aidant, il retrouve ses vieux instincts de charmeur. Aujourd’hui, marié et papa d’une petite fille, il adore sa vie. Mais ces soirées, c’est un peu pour lui l’occasion de se prouver qu’il est encore capable de plaire sans pour autant devenir un mari infidèle. En même temps, nous, les gars du groupe, on est d’accord avec lui et on profite aussi de ses soirées pour tester nos vieux réflexes …

02h00 : Au Rock Sun. Alors que Stéphane passe de groupe en groupe, il tombe sur une fille qui l’arrête et semble le connaître. Lui, semble ne pas trop la remettre : il faut dire que son taux d’alcool instantané bloque quelque peu son fonctionnement cérébral … Elle l’invite à danser, se dandine autour de lui et commence à trop s’approcher de lui. Il lui glisse alors quelque chose à l’oreille et elle tourne les talons, vexée. Je m’approche de lui et lui demande ce qu’il a dit. Avec son haleine empestant le vin et la bière, il me relate : « Et alors, je lui ai dit … Eh coquine, t’es gentille, mais je suis marié, alors on va pas aller plus loin je crois … ». Il éclate de rire, mais reprend un air plus sérieux : « Par contre, c’est un peu embêtant, il me semble que c’est une de mes stagiaires … Ca risque de jazzer lundi au boulot … ». Nous, cette histoire nous a bien fait rire et on a fêté ça par une dernière tournée générale de bière.

L’histoire n’a pas manqué de Casanova et autre Don Juan, mais qui était ces deux personnages à qui l’on compare souvent notre Stéphane ? Casanova, vénitien aux multiples visages et fonctions est le symbole de la séduction. Jeune, il est déjà entouré de jeunes femmes qu’il commence à séduire. Adolescent, il « court après les jupons ». En 1740, une servante de sa maison raconte même qu’elle a passé une nuit torride avec le jeune Casanova, âgé seulement de 15 ans d’où une expression qui lui vient en tête : « Ciel ! Un vent de liberté ». Grand séducteur, il réussit à attirer les jeunes femmes de la bourgeoisie italienne. Sa réputation s’est construite autour de son principal livre, Histoire de ma vie, où il mentionne 142 femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles. Bien qu’il soit souvent associé à Don Juan, leur histoire n’a rien à voir. Dom Juan est un mythe, un personnage inventé de toute part, mais inspiré d’un fait divers rapporté par la Chronique de Séville : Selon la légende, il aurait vécu au XIVe siècle : fils de l’amiral Alonso Jofre Tenorio, Don Juan Tenorio aurait tué le commandeur Ulloa dont il avait séduit la fille, et les moines du couvent où fut enterré le commandeur, outrés de cet acte, l’auraient assassiné et fait disparaître le corps. Mais ce mythe de Don Juan est vraiment né grâce au succès de la pièce du moine espagnol frère Gabriel.

Alors, c’est vrai, Stéphane, notre Casanova casé adore jouer les « allumeurs » dès qu’il sort avec nous et que l’alcool l’aide à transgresser ( ?) les codes de sa vie calme et rangée. Mais, il refuse toujours d’endosser la panoplie du parfait mari infidèle, même si beaucoup de copains se plaisent à dire qu’il risque un jour de se brûler à force de jouer avec le feu. Moi, je me pose plutôt la question : les codes ont-ils vraiment changé ?

César

2 Réponses à “Le Casanova casé”

  1. marionchocolat dit :

    Perso, je déteste ce genre d’hommes…

  2. north face jackets dit :

    Hiya. Very cool website!! Man .. Excellent .. Amazing .. I will bookmark your website and take the feeds also…I am satisfied to find so much helpful information here in the post. Thank you for sharing..
    [url=http://www.northfacejacketsoutletonsale.com]north face jackets[/url]
    north face jackets

Laisser un commentaire

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur