Lescodesontchange

31 octobre 2012

La belle écervelée

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Hier soir, au cours d’un repas chez nos amis Katia (notre « étrange étrangère » d’un précédent article) et Cyril, nous avons eu la surprise, à l’arrivée, de nous retrouver avec un autre couple d’amis. Parmi eux, dès les premières paroles, j’ai su que j’avais trouvé l’objet de mon prochain article : Constance.

La belle écervelée  capture-decran-2012-10-31-a-18.21.30-172x300

Constance  est une belle blonde de 39 ans (elle y tient à son dernier pas dans la trentaine), dynamique, extravertie, passionnée de tennis et très volubile. Dès son arrivée, je remarque que le compagnon de Constance, Hervé est beaucoup plus âgé. Mais bon, sur le coup rien de choquant. Sur le ton de la plaisanterie, à peine le premier verre de Bourbon servi, Constance n’hésite pas avec tact et diplomatie à dire qu’elle a hâte qu’Hervé (son taciturne mari) « casse sa pipe » pour profiter de l’héritage, et pouvoir se reconvertir à son tour en séduisante cougar !!! Soit… le repas est lancé !

Constance tout au long de sa soirée s’extasie et nous fait « rêver » sur sa vie mondaine : Son récent voyage au Bahamas, sa dernière parure Cartier (une véritable « folie » lors d’une balade un après-midi pluvieux), son manteau en fourrure acheté en souvenir du défilé YSL auquel elle a assisté dernièrement. Katia et moi restons bouche bée et je l’avoue, un peu envieuses devant tant de facilité. A l’écouter la vie semble si facile, si douce, et pourtant si matérialiste.

Mais là où notre belle écervelée fait fort, c’est lorsqu’elle commence à parler bouquins. Loin de se cantonner à son rôle de ravissante idiote, Constance ne peut s’empêcher d’avoir un avis sur tout, de disserter sur le dernier roman à la mode, et surtout d’en parler comme si c’était LA référence littéraire du moment : «  Vous comprenez, grâce à ce livre j’ai encore amplifié mes compétences (déjà considérables …  Regard complice vers César…Ah bon !!) sur l’histoire personnelle de Fidel Castro et le contexte économique de sa révolte … et bla bla bla » . Notre écervelée se transforme l’espace d’un instant en historienne avertie. Un instant seulement.

Plus tard, alors que j’explique mes mésaventures tendineuses suite à un match corsé de tennis, Constance, me recommande alors quelques cours particuliers avec son professeur fétiche qui la prend (mais dans quel sens ?!) 3 fois par semaine à son club de tennis huppé.

Le repas devient alors croustillant quand Hervé prend la parole : un petit détour par Prague et voilà notre septugénaire ( et oui quand même !) qui explique avec une honnêteté désarmante que lors d’un séjour à Bratislava, au moment de rentrer dans leur hôtel 5 étoiles, le groom leur a refusé l’accés, prenant Constance pour une ….disons femme de mauvaise vie ! Et Constance, tout sourire aux lèvres de rajouter : « C’est vrai qu’avec mes longs cheveux blonds, mon corps longiligne, mon vieux à mes côtés et ma fourrure en vison, je passais vraiment pour SA pute ! ». Alors, là, moi pour le coup, je dis bravo ! Autant de lucidité et de recul, ça m’épate ! Passer pour la pute de son mari, ça pourrait en choquer plus d’une … et bien Constance, elle en rit et elle n’hésite pas à le clamer haut et fort devant de parfaits inconnus.

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises : Constance décide alors d’évoquer sans pitié, sa copine « Valou », sous l’emprise d’un garçon sans le sou ( simple kinsésithérapeuthe !!!) à qui elle donne des cours de barre au sol en lui expliquant l’importance de l’indépendance de la femme.  Selon elle, cette pauvre « Valou » serait une trop gentille fille et elle s’est mis en tête de la rendre plus indépendante.

Il faut dire, qu’avec ses tenues dignes d’une princesse de la jet-set sur le retour, ses heures de cours de tennis privées, sa bonne-à-tout-faire, son jardinier personnel qui se déplace en Z4, ses vacances luxueuses dans des chalets à 10 000 euros la semaine à Gstaad … Constance, qui n’a jamais travaillé de sa vie, passe pour un modèle d’indépendance, surtout financière ! 

L’Histoire n’a pas été avare de ce genre de femme qui, pour l’argent, joue le rôle parfait de la ravissante idiote qui a réussit à faire tourner la tête des plus fortunés.

Comment ne pas songer à Charlotte Marguerite de Montmorency (ça rappelle un peu la chanson des Inconnus) qui, en 1609, alors fille d’une illustre famille nobiliaire, se met au service de Marie de Médicis. Cette dernière, femme d’Henri IV, va rapidement se rendre compte que la Charlotte séduit son illustre mari. Le roi de France, alors âgé de 57 ans, se met à courtiser Charlotte devenue  princesse de Condé, qui rit de bon cœur de ces empressements de barbon. Mais son mari, jaloux, quitte la Cour avec elle, l’emmenant en province. Henri IV les suit, et sous de multiples déguisements, tente d’approcher sa belle. Condé, fou de rage, emmène alors sa femme à Bruxelles, la plaçant sous la protection de l’Espagne, grande ennemie de la France ! Est-ce pour Charlotte qu’Henri IV déclare la guerre à l’Empereur en 1610 ? Toujours est-il que Charlotte, enfermée, surveillée, tente de s’évader, en appelle au roi de France, à sa famille, cependant que son époux s’est enfui à Milan, combattant pour le compte de l’Espagne.

Toute proportion gardée, on s’est toujours passionné pour ce genre d’histoire « hors norme » où l’homme âgé symbolise une sorte de père incestueux pour sa fille. Ainsi, me vient à l’esprit le roman de Vladimir Nabokov « Lolita » où le héros, Humbert Humbert, un homme d’âge mûr, raconte sa relation, notamment sexuelle, pendant 2 ans, avec Lolita qui avait 12 ans au début de leur relation. L’histoire est donc celle d’un pédophile, qui nous explique sa passion pour les « nymphettes», jolies jeunes filles de 12 à 14 ans.

Alors, c’est sur, Hervé n’est pas pédophile. Constance, du haut de ses 39 ans est bien consentante et tout à fait saine d’esprit et de corps. Alors malgré les regards stupéfaits, interrogateurs, narquois des convives, cette dernière se contrefout des jugements portés sur son couple et des avis sur sa relation « scandaleuse ». Mais, dans le fond, tout le monde y pense un peu : Les codes ont-ils vraiment changé ?

Charlotte

Laisser un commentaire

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur