Lescodesontchange

15 décembre 2012

La buse « libérée » ?

Publié par lescodesontchange dans Non classé

N’avez-vous pas dans votre entourage cette jeune femme, belle et intelligente qui ne tombe que sur des loosers sans aucune valeur ? Lisa est notre vedette.

La buse

Lors d’une soirée filles, en compagnie de ma chère Lisa j’ai pu analyser le phénomène de près. Lisa, ravissante brune trentenaire, n’en est pas à son coup d’essai avec les hommes.  Malgré son sourire ravageur, ses yeux pétillants et ses courbes plus qu’avantageuses, Lisa collectionne les toccards. Lors de cette soirée dans une boîte branchée, notre buse libérée me rejoint accompagnée de deux amies. Toutes trois célibataires, le son envivrant et l’alcool aidant nous nous amusons comme des petites folles. Soudain, certainement grisée par les quelques verres de Mum engloutis, Elisa prend les choses en main «  la chasse est lancée ». Quelques tours de pistes plus tard, elle repère Le mec qu’elle veut, loin d’être farouche, elle se frotte intentionnellement à lui sur l’air entêtant de « Titanium ». Cinq minutes plus tard, voilà notre « play-boy » qui l’embarque dans un zouck improbable sur des musiques plus proches d’ACDC que de Francky Vincent. Et voilà, l’affaire est emballée. Notre buse libérée est comblée et nous clame haut et fort, que « pas ce soir, mais demain,  elle ne dormira pas seule ».

La soirée à peine entamée avec Jérôme, celui-ci n’hésite pas à prévenir notre intrépide célibatatante qu’il ne souhaite pas s’engager. Elle, à son tour le rassure sur son dèsir de rester « libre ». Pourtant,dès le lendemain, au détour de notre discussion, après avoir vu avec elle, la lingerie adéquate, le centre d’épilation le plus proche et le petit pull qui fera toute la différence, Lisa, me lance un «  tu sais, même s’il ne veut pas s’engager, je sens qu’après notre nuit, il va me rappeler, je vois en lui  plus qu’un simple plan cul… ». Mais bien sûr ! Je lui fais remarquer que depuis sa séparation d’avec Pablo, elle qui semble ne rechercher que des plans cul plus ou moins réguliers, collectionne en fait les loosers.

Certes, ils ont au moins le respect de ne pas lui promettre le mariage et tout le tutti, mais mince, un peu de délicatesse et de tendresse ne peut pas faire de mal. Alors certes, notre buse libérée, malgré son air détaché, au fond d’elle même, ne recherche en fait qu’une simple et unique chose : un amour partagé. Car oui, à trente ans, c’est sympa de collectionner les mecs, de « chasser » tel un rapace à la vue d’une nouvelle proie, de papillonner sans se fixer, mais à la fin, cela peut devenir usant. Et notre buse, malgré sa force de caractère montre ici un signe de faiblesse. Certes, elle ne voyait peut être pas en Jérôme l’homme de sa vie, mais elle avait envie au moins de qelqu ‘un qui puisse lui tenir compagnie, lui offrir des marques de tendresse et d’attention, lui offrir en quelque sorte ce qu’aucun homme n’a réussi à lui offrir jusqu’à présent. Alors, oui elle s’est « blindée », elle dit qu’elle ne veut pas tomber amoureuse, qu’elle veut profiter à fond de sa vie de célibataire (une semaine sur deux lorsqu’elle n’a pas la garde de sa petite fille) mais au fond, elle n’attend qu’une chose : que Jérôme la textote. Ce soir, au téléphone, j’ai senti notre buse blessée ; malgré leur nuit agitée et prometteuse, elle n’a pas reçu un seul message depuis leur ultime et unique soirée dans son antre.

Songeons à l’histoire d’amour chaotique entre deux génies de la littérature : Simone de Beauvoir et Jean Paul Sartre. Dés le départ, Simone, femme liberée avant-gardiste, symbole de l’émancipation fémine est fascinée par le ponte philosophe Jean Paul Sartre. Elle sera pour lui son « amour nécessaire » en opposition aux « amours contingentes » qu’ils vivent. Elle décrit aussi sa relation avec Sartre en la qualifiant de totale réussite. Pourtant, bien que la relation qui les unit soit toujours aussi passionnée, ils ne sont plus un couple au sens propre du terme, et ce depuis longtemps, même si Beauvoir laisse entendre le contraire à ses lecteurs. Ce couple demeurera à jamais un couple de légende, symbole de l’amour moderne où pourtant les amours contingentes engendraient jalousie, perversité, mensonge et voyeurisme. Car, même si par amour pour lui, Simone accepta et pris part à cet amour libéré et moderne, elle ne devait rêver, au plus profond d’elle-même, qu’à un amour exclusif. D’ailleurs elle clôture un de ses livres par ces mots « « Sa mort nous sépare. Ma mort ne nous réunira pas. C’est ainsi ; il est déjà beau que nos vies aient pu si longtemps s’accorder ». Cette phrase ne résume t-elle pas le songe d’une trop belle histoire d’amour ?

Alors, oui, Lisa, est peut être une Beauvoir moderne, prônant une vie libre de toute entrave, et la question, ici semble ne pas se poser, malgré les années, les codes semblent, malheureusement ne pas avoir beaucoup changé …

Charlotte

Laisser un commentaire

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur