Lescodesontchange

11 janvier 2013

Le mytho en chef

Publié par lescodesontchange dans Non classé

N’avez-vous jamais connu dans votre entourage, un copain pour qui la vie est une somme de mensonges ? Bastien est notre homme.

Le mytho en chef capture-decran-2013-01-11-a-21.49.38-275x300

Bastien est un ami de lycée qui, selon ses dires, a toujours eu une vie trépidante et remplie d’aventures plus rocambolesques les unes que les autres. Tour à tour champion du monde de moto, reçu au concours de sciences po et premier de sa promo à son école de management, Bastien a toujours eu le don pour éblouir son entourage. Mais surtout, pendant de nombreux mois, Bastien a eu une cible de prédilection … Moi. Un brin utopiste et surtout fort naïve, j’ai pu céder jadis à ses histoires extraordinaires.

Il faut dire que pour m’avoir il n’y est pas allé de main morte. N’étant pas de prime abord séduite, autrement qu’amicalement parlant, il a usé de ses plus splendides (ou perfides ?) stratagèmes pour m’amadouer.

J’ai par exemple le souvenir d’une discussion, hyper solennelle avec mon meilleur ami, à propos du passage de notre mytho en chef dans la maison de correction : «  Charlotte, tu pourrais être compatissante avec Bastien il n’a pas eu une vie facile, il a passé la moitié de son adolescence au sein d’une maison de correction … Sois un peu compréhensive et indulgente envers lui »… Et oui, sachant que comme toutes les jeunes filles j’aimais bien les « bad boys », Bastien s’était inventé un passé sulfureux. Je m’attendais dès lors, en me rendant chez lui, à me retrouver (et à m’encanailler) au sein d’une cité lugubre ! Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver dans une maison d’architecte hyper design dans les beaux quartiers de la ville, reçue par des parents très BCBG. « Aie », ai-je pensé. Ca ne colle pas trop avec l’image du « bad boy » … Mais bon, étant d’un naturel généreux, optimiste et profondément naïf, j’ai pensé que son époque « bad boy » était révolue mais bien réelle.

Deuxième accro : son opération à cœur ouvert. Enfin sa pseudo opération. Je remets en contexte, depuis deux mois, Bastien me drague mais n’arrive pas à ses fins. Je ne concède même pas à lui donner un baiser. Un soir, à l’issue d’une soirée au « café populaire », il me confie, les larmes aux yeux son inquiétude quant à sa future opération hyper dangereuse sur son problème cardiaque : «  Ah bon, tu as un souci au cœur ? » - «  Oui Charlotte, mon cœur s’arrête par moment et la seule solution, c’est l’opération … Si tu pouvais m’embrasser avant l’opération au moins je connaitrais le goût de tes lèvres, si par malheur je ne m’en sortais pas ». Comment ne pas craquer ? Et oui, bonne poire, je me suis laisser attendrir en me disant qu’un baiser, ce n’était rien et ça ne coûtait pas grand chose… Bref, la date (supposée) de l’opération approche et forcément nous cherchons à pouvoir venir le voir, le soutenir, lui rendre visite. Et là, mystère et boule de gomme, l’hôpital est très éloigné, aucune visite acceptée, pas de téléphone dans sa chambre et même le nom du chirurgien est louche … Bref, grâce à mon baiser rédempteur, Bastien sort de l’hôpital ( ???) et m’emmène en soirée dans la foulée … Second mystère !

Il est arrivé à ses fins et durant notre histoire j’ai eu droit à tout : son échec à la fac de droit : « Tu comprends Charlotte, je ne peux pas assister à mes cours et venir te chercher tous les soirs à la sortie de ta fac ! » ; la bague diamantée qui me passe sous le nez : « Je comptais te l’offrir juste hier avant que tu souhaites faire un break … » ; la soirée surprise hyper méga fun dans le resto « in » de la ville avec tous mes amis : «  Mais Chacha, je sais que tu reviens du ski, mais il faut que tu sois au resto ce soir au plus tard à 19 h … » … Mais vu que je ne pouvais pas être rentrée du ski avant le lendemain, le resto me passa sous le nez (pour peu qu’il l’ai vraiment prévu !).

La mythomanie n’est pas un fait nouveau. Des personnages mythomanes, l’Histoire en en a connu. Gros homme jovial et rubicond à la petite barbiche noire, Tartarin de Tarascon est la création la plus célèbre d’Alphonse Daudet. Vivant la vie paisible d’un petit bourgeois, Tartarin ne rêve que d’aventures folles et d’épopées exotiques, semblables à celles qu’il lit à longueur de journée. Se montant volontiers la tête, prince de la vantardise et roi du mensonge sincère, Tartarin est entraîné dans des voyages et des aventures pitoyables, qu’il saura ensuite enjoliver dans ses récits pour en faire de véritables odyssées. Il est devenu l’image du Méridional vantard, du mythomane qui finit par ne plus très bien savoir lui-même s’il dit ou non la vérité.

Et là est tout le problème, ne sachant jamais avec lui distinguer le vrai du faux, on a tendance à s’éloigner de ce mythomane qui, pourtant au fond n’est pas foncièrement mauvais mais vit « sa vie par procuration » comme le dirait un certain chanteur à succès. Alors, la question rituelle se pose : Les codes vont-ils changer pour ce personnage énigmatique ?

Charlotte

Laisser un commentaire

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur