Lescodesontchange

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 avril 2013
7 avril 2013

La vieille chouette aigrie

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Dimanche dernier, nous étions tranquillement attablés au restaurant quand, tout à coup, suite à quelques cris étouffés d’enfants, un hululement aigu et sonore, telle une buse se ruant sur sa proie, vint de la table d’à coté. La vieille peau allait débuter sa pièce de théâtre. Pour la facilité de la narration, nous l’appellerons … Solange.

La vieille chouette aigrie img_5364-300x225

Jusqu’à ce cri strident, nous n’avions pas porté cas à ce couple de petits vieux attablé dans ce restaurant  bon chic bon genre et plutôt huppé. Mais pourquoi ce cri strident ? Un malaise ? Une syncope ? Une crise de jalousie envers son Norbert lorgnant sur le décolleté plongeant de la serveuse ? Non, rien de tout cela. Il semble que Solange ai une allergie : l’allergie aux enfants.

En effet, ses cris étaient destinés à faire taire deux bambins (assez sages d’ailleurs) prenant le repas dominical avec leurs parents. J’avoue que le : « Mais enfin faîtes les taire ! C’est honteux !  Ils dérangent tout le monde » au beau milieu de la douce rengaine d’un des derniers CD d’hôtel Costes, détonnait un peu avec l’ambiance cosy et agréable du lieu.  « Ah non vieille peau, il ne te dérange qu’à toi » semblait être la réponse interne de l’assemblée à la fois choquée et médusée.

En y repensant, déjà en début de repas, notre vieille chouette avait commencé à s’exciter alors que le volume sonore de la véranda devait à peine avoisiner les 40 décibels. Mais, ce cri perçant, subit, mis un froid dans tout le restaurant. Pour clôturer le tout, je compris la mesure de notre vieille chouette lorsqu’elle se levait.

Fermez les yeux et imaginez notre vieille corneille vêtue d’un horrible pantalon en lin moutarde, d’une veste bariolée digne des pires collections de Desigual, d’une étole affreuse, et d’une coupe de cheveux à faire pâlir d’envie Jeanne d’Arc et Yvette Horner réunies ! Tout s’éclaira à la lampe d’Agathe : Notre vieille chouette était une originale, une vieille artiste (ratée ?) peut être. Mais une artiste aigrie, acariâtre et « bambinophobe ».

Norbert, tel un vieux corbeau, portait un immonde chapeau, semblable à celui de Bourvil dans le Corniaud, une chemise rouge moirée et un pantalon en velours assorti à sa chemise. Bref, en les observant de plus près, je me penche vers César et lui susurre : «  Tu vois, pourquoi, il est radical et vital que l’on ai des enfants ! Pas envie de finir comme ces deux vieilles chouettes traumatisés par le moindre bruit ».

Le plus rigolo, fût le départ de cette vieille corneille, qui, se faisant reprendre de volée par le serveur alors qu’elle sortait un cigare en plein restaurant, avant de se faire apostropher par le père des enfants : « Madame, votre attitude est inacceptable, ceux ne sont que des enfants, si vous n’aimez pas le bruit, vous n’avez qu’à vous cloîtrer dans une maison de retraite spécialisée dans le traitement des acouphènes, ça nous fera des vacances … » .

Et bing ! Bien dit !  Alors, en réfléchissant un peu, je me dis que ce n’est peut être pas anodin, si en ce beau jour de repas Pascal, notre vieille chouette déjeunait seule avec sa corneille de mari (ou d’amant qui sait !). Peut être ont-ils des enfants, petits-enfants et même arrières-petits-enfants qui, devant tant de mesquinerie, ne souhaitent plus les voir, ou du moins, juste à Noël, pour leur faire signer le chèque.

Alors, à la vue de ces énergumènes une question me taraude : Peut-on devenir une vieille conne ou bien faut-il déjà être une jeune conne pour cette douce transition à l’âge mûr ? Subtil questionnement !

A la vue de Solange, on ne peut que songer au célèbre film d ‘Etienne Chatiillez « Tatie Danielle » qui nous dépeint la vie de cette affreuse mégère, À 82 ans, Danielle Billard est la grand-tante qu’on souhaiterait ne pas avoir. Odieuse, mesquine, voleuse, menteuse, capricieuse, elle en fait voir de toutes les couleurs à sa domestique, Odile, puis à ces neveux qui vont vivre l’enfer avec elle.

Dans l’Histoire, Annie Pétain, épouse du maréchal peut incarner aussi cette vieille garce que tout le monde déteste. Pour l’historien Jean-Yves Le Naour, la mère Pétain est « une vieille femme acariâtre et prétentieuse qui a pris des habitudes de grandeur au bon temps de Vichy ». Après avoir rappelé que les nostalgiques du pétainisme ont voulu faire d’elle « une icône de douceur et de dévouement », il dit qu’elle a « la méchanceté dans la peau ». Il écrit même dans son journal intime en octobre 1945 : « Quelle garce ! Avec quel plaisir je lui botterais les fesses ».

Alors, la méchanceté et « l’aigrie’s attitude » ne sont peut être pas innées, mais je pense qu’il y a une bonne dose de prédisposition dès le plus jeune âge. Vieux con un jour… vieux con toujours pourrait être un bon adage !

La question se pose toujours : Les codes ont-ils changé ?

Charlotte

 

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur