Lescodesontchange

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 12 avril 2013
12 avril 2013

Le meilleur espoir …

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Qui n’a pas dans son entourage ce gars reconnu pour toutes ces qualités, bourré de talent, mais qui reste à ce jour, inconnu de tous et ne s’en plaint pas pour autantLuc est notre homme du jour.

Le meilleur espoir ... poussin-jaune-392

Il s’amuse à dire que tout petit déjà, tout le monde lui trouvait des qualités et tombait sous le charme de son sourire enjôleur et de ses yeux bleus perçants. A la crèche, les assistantes étaient toutes sous le charme de ce petit blondinet à la fois serviable et solidaire de ses petits camarades : « Quel amour ! Ca deviendra quelqu’un de bien, je vous le dis ! ». Dans la rue aussi, il était la coqueluche des petites mamies qui attrapaient ses joues rondes et s’exclamaient sur sa beauté. Ses parents rient encore aujourd’hui d’une phrase, emplie de tristesse, qu’il avait prononcé un soir d’automne en rentrant : « Aujourd’hui, personne ne m’a dit que j’étais beau ou gentil … ».

Plaire aux autres. Etre une fierté pour tous ses proches. Cela allait devenir son leitmotiv. A l’école, ses maîtresses avaient bien cerné le personnage ambigu de Luc. Les appréciations sur ces bulletins scolaires revenaient toujours à dire : « Garçon plaisant et travailleur. Toujours motivé et prêt à rendre service. Mais doit se méfier de son côté rêveur qui le pénalise dans ses résultats ». Eh oui, son grand malheur, et il ne pouvait le cacher, c’est que Luc était un indécrottable utopiste. En classe, il regardait une affiche avec une cascade et il s’imaginait en train de dévaler en kayak des tumultes aquatiques. Le professeur parle de l’Himalaya ? Le voilà parti dans son imaginaire au milieu d’une cordée dangereuse sous le froid et le vent … La géographie allait devenir sa passion qui lui permettrait sans cesse de s’évader.

Ayant franchi toutes les étapes de sa scolarité sans trop de difficulté, il se fit remarquer à la faculté pour son appétence à monter des projets importants qu’il menait d’une main de maître et aussi pour sa curiosité et son sens de l’écoute. Forcément, toute sa famille était fière de pouvoir suivre son avancée universitaire, d’autant plus qu’il était le premier de sa génération familiale à atteindre un haut niveau d’étude : « Il fera de grandes choses ce petit … » ; « Quel modèle pour ces petits cousins et cousines » ; « Prends donc exemple sur ton grand frère » … pouvait-on entendre lors des repas de famille.

Parvenu à intégrer un célèbre mensuel géographique à la fin de ses études de journalisme, il ne tarda pas, rapidement, à se faire connaître de tous dans son entreprise : chacun voulait travailler avec le jeune espoir qui était reconnu de tous comme un travailleur acharné qui n’abandonnait jamais une tâche commencée. Combien de fois s’est-il vu confier des tâches dans lesquelles personne ne voulait se lancer ? Lui aussi sentait la dureté de la tâche, mais la simple idée de sortir triomphant de cette dernière, lui faisait lever la main alors que tout le monde avait le regard fuyant devant la requête du rédacteur en chef.

Et puis, un jour, il a dit qu’il allait partir, se lancer dans un nouveau défi, dans une autre entreprise. Où ? Il ne le savait pas encore. Est-ce l’argent qui l’attirait vers d’autres cieux ? Non, il trouvait juste qu’il n’avait plus rien à prouver ici et qu’il avait besoin de se lancer un nouveau défi.

Luc me fait beaucoup penser à ce héros du film : « Into the wild ». Avide de liberté et de changement, il ne veut pas s’enliser dans une vie trop facile ou acquise. Cette longue citation résume bien l’esprit du personnage : « Je pense que tu devrais changer radicalement de vie et te mettre à faire courageusement des choses que tu n’aurais jamais pensé faire, ou que tu as trop hésité à essayer. Il y a tant de gens qui ne sont pas heureux et qui, pourtant, ne prendront pas l’initiative de changer leur situation parce qu’ils sont conditionnés à vivre dans la sécurité, le conformisme et le conservatisme, toutes choses qui te semblent apporter la paix de l’esprit. Mais rien n’est plus nuisible à l’esprit aventureux d’un homme qu’un avenir assuré (…).

Alors, Luc, dont on a plus entendu parlé, est-il devenu à nouveau un jeune espoir là où il vit ? Et plus tard, en maison de retraite, sera-t-il encore le meilleur des grands-pères, le plus sympathique des vieillards, le plus solidaire des pépés ? Le jeune espoir renaîtra-t-il encore une fois ? Mais surtout, on continuera de se poser la question : les codes ont-ils changé ?

César

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur