Lescodesontchange

16 juin 2013

Le régionaliste lourdaud

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Quelle soirée la semaine dernière … Je pensais en avoir rencontré des cas sociaux, mais là, ce Pierrick, il repousse toutes les limites … Présentation.

Le régionaliste lourdaud cigogne1-298x300

Pierrick est un bon franchouillard de presque quarante ans. Originaire d’Alsace, il porte sur lui les stigmates des abus de la choucroute et de la bière. Au-delà de son embonpoint, il a une bonne bouille, vous savez ce visage qui vous paraît tout de suite sympathique, où il paraît impossible de trouver une once de méchanceté. C’est donc tout naturellement vers lui que nos regards se sont tournés, en arrivant chez nos amis : il faut dire qu’il dansait torse nu sur la table en hurlant des chansons paillardes. Une personne, observant nos visages médusés face à l’énergumène, s’est permise de nous dire : « Et encore, à cette heure, il est à jeun … ». La soirée s’annonçait forte en émotions.

Nous retrouvons Pierrick, alors que nous nous servons une sangria à la table centrale. Ne nous connaissant pas, il nous lance un discret « oh, mais je les connais pas ces deux là !! » (Toute la salle se retourne bien sur nous tant la voix de notre nouvelle connaissance a tendance à porter loin, ou alors il parle tout simplement fort !). Après de rapides présentations par l’hôte de la soirée, Pierrick enchaîne avec un : « Je me disais bien aussi, qu’ils étaient pas d’ici, fagotés comme ça et avec cet accent de parigot ». Charlotte et moi ne répondons que d’un sourire forcé et nous esquivons rapidement de la bête de scène. C’est certain que notre « accent » (On a un accent, Charlotte ?) doit un peu le dépayser tant le sien me rappelle mon voyage scolaire à Hambourg dans une famille allemande bien rigide ou encore mes virées d’étudiants à Berlin.

Improvisé DJ de la soirée, Pierrick nous fait découvrir son univers musical très porté sur les années 80 et … Patrick Sébastien : « Les gens, ils aiment trop ses chansons, ça met une ambiance !!! » me glisse-t-il à l’oreille, toujours torse nu, et en collant son gros torse velu et suant contre moi. En même temps, dans une soirée un peu « chicos » comme celle là, il aurait fallu plutôt tenter du lounge ou carrément ne pas inviter Pierrick !

Mais le clou de la soirée arrivait : rendu fort après avoir ingurgité une dizaine de pintes de bière, notre régionaliste lourdaud a montré son vrai visage : enfilant un maillot de sport (je dis ça car au début, je ne connaissais pas ce maillot et pourtant je suis amateur de football … à la télé !), il commence à entonner, avec quatre acolytes (ou alcooliques ou les deux), des chansons de stade bien graveleuses, où grossièretés et langage de rue tenaient la corde.

Descendant de son estrade et se rendant près de la table où j’étais appuyé, il me lance avec deux postillons : « Et toi, au fait t’es pour qui ? ». Je comprends alors que cette personne à deux doigts du coma éthylique me demande à quelle équipe de football j’accorde mes faveurs. Evoquant le club prestigieux de ma ville natale, il me coupe la parole par un : « Non, tu déconnes ?! Pas eux !! C’est presqu’aussi pire que Lille, Lyon ou Bordeaux !! ». Il se lance alors dans une explication peu claire (alcool oblige !) sur son équipe et surtout sur sa région : « La plus grande, le plus belle, la meilleure, qui a besoin de personne, où on trouve tout, où tout le monde il est beau et gentil. » Il me retient par le bras, sentant que je vais lui échapper et continue en comparant les autres régions de France qui ont toutes un désavantage que n’a pas sa région selon lui. Il conclut bien entendu par des propos indépendantistes complètement dépassés.

Parvenant à rejoindre Charlotte, je lui demande de me suivre vers la sortie avant que le Pierrick m’incite à signer une pétition pour la libération de l’Alsace.

En arrivant à la voiture, je constate sur mon Smartphone une demande d’ajout sur le célèbre réseau social à font bleu : Pierrick.

Les velléités indépendantistes ont toujours existé : en Corse, en Bretagne et dans le Pays Basque surtout, mais aucune région n’est vraiment épargnée par ces irréductibles arriérés, souvent xénophobes, qui pensent encore que la France est un Etat catastrophique et permissif et qu’il faut s’en détacher). Au Moyen-Age, les rois de France, comme François 1er, ont vite compris l’utilité d’unir le peuple de ces régions si différentes derrière des valeurs communes : ainsi, l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 va obliger toutes les régions à publier les textes officiels en langue française. Pourtant, chaque région garde de nombreux pouvoirs, avec notamment les collectivités territoriales qui donnent une certaine autonomie aux régions. De plus, chaque région a ses particularités qui sont respectées en plus du droit français : en Alsace par exemple, le Concordat a été conservé. Ainsi, l’Eglise et l’Etat ne sont pas entièrement séparés, puisque la loi de séparation de 1905 n’a jamais été appliquée à l’Alsace, qui était alors sous domination allemande.

Pendant trois jours, il m’a harcelé en m’envoyant des demandes et des messages pour que je l’accepte parmi « mes amis » et en une heure il a fait 24 commentaires sur des photos ou lieux visités sur mon mur : « Tu verrais la cathédrale de Strasbourg, c’est autre chose !! » ; « La fête des lumières à Lyon ?? Tu veux un truc magique : viens voir nos marchés de noël en décembre !! » ; « Il y a qu’à la Meinau que le public est toujours derrière son équipe !! ». Heureusement, je me suis rappelé comment paramétrer afin de lui laisser le moins de chose possible à voir. J’aurais peut-être dû simplement répondre à ses commentaires : Les codes ne sont pas prêts de changer …

César

1 juin 2013

Le trop-plein d’amis

Publié par lescodesontchange dans Non classé

Matthieu, est un gars sympa. Il approche de la quarantaine, il a une vie agréable, un job passionnant, une femme aimante et aussi sympathique que lui. Cependant, car il y a toujours un « mais », Mathieu a un problème. Il souffre d’un mal chronique : il a un trop-plein d’amis.

Le trop-plein d'amis labrador_chiot_1-300x300

Vous devez surement vous dire qu’être entouré (et qui plus est, bien entouré) n’est pas un problème, bien au contraire. Toutefois, Matthieu ne sait pas vivre sans ses amis. Il est toujours le premier à proposer un séjour pittoresque que lui seul peut dégoter. Ainsi, n’est-il pas rare que nous recevions des mails annonçant : « Une semaine sur un voilier au large de la Croatie pour 200 euros par personne avec le cuisinier à bord ça vous branche ? ». Face à une offre si alléchante, autant vous dire qu’il est presque obligé de faire un casting pour savoir qui va pouvoir participer à leur petite escapade.  Matthieu, en plus d’être très serviable, sympathique, charmant et drôle a le don pour parler facilement à tout le monde. Combien de fois, il a réussi à se lier d’amitié avec des hommes ou femmes (au grand désespoir de sa femme Laura) dans la moindre soirée un peu arrosée ? Alors forcément, de fil en aiguille la liste de ses amis s’allonge …

Le problème vient du fait que Matthieu et Laura ont du mal à se retrouver tous les deux, toujours invités à droite et à gauche, constamment en train d’inviter leurs amis issus de divers groupes : ceux de l’école, ceux de la fac, ceux du boulot, ceux du sport, la famille … Bref leur vie sociale est pour le moins, bien remplie, trop remplie ? Car, souvent, Mathieu et Laura ne rêveraient que d’une soirée rien qu’à eux, un week end entier sans voir personne, juste à se prélasser sous leur couette. Alors parfois ils tentent l’expérience, mais bien vite leurs amis les rappellent à l’ordre : « Apéro barbecue demain soir, allez, venez il y aura Phil en plus que vous n’avez pas vu depuis longtemps … » ! Pris de remords, Matthieu, toujours altruiste décide de faire un « saut » chez son ami, « saut » qui va durer la soirée ! Parfois aussi, certains amis se vexent, ils veulent les voir plus souvent, mais Matthieu et Laura ne peuvent pas se dédoubler…  Alors ils refusent, quitte à vexer et à perdre aussi des amis proches. Mais c’est la rançon de leur « gloire » !

De plus, à trop vouloir mélanger leurs divers groupes d’amis, ils se retrouvent parfois dans des situations périlleuses. Ainsi n’est-il pas impossible de voir chez eux à la même table leur ancien pote de fac, intermittent du spectacle, et un ami chirurgien dentiste : les discussions peuvent vite s’échauffer et s’envenimer sur les différentes conceptions de la vie. Et voilà Matthieu essayant de faire tampon et tentant de ne blesser aucune susceptibilité entre l’un pro communiste et le second UMP de la première heure !

Matthieu peut être comparé au Roi soleil. Adulé et vénéré par toute une foule de courtisans il ne restait jamais seul. Même son lever était réglementé. Lors de l’« entrée de la chambre » : le grand aumônier escorté des aumôniers de service trimestriel, les ministres, les conseillers d’Etat, les maréchaux de France … et tant d’autres se pressent auprès du roi. Ce dernier en profite pour retirer sa robe de chambre, le maître et le premier valet de la garde-robe lui ôtent sa chemise de nuit, l’un par la manche droite, l’autre par la manche gauche. Puis ils lui passent une nouvelle chemise qui a été apportée par un fils de France ou le grand chambellan. Le roi se lève alors de son fauteuil, pour se reposer et on l’aide à ajuster son haut de chausse ; le grand-maître de la garde-robe ceint l’épée au roi, lui passe le reste des vêtements : la veste, le justaucorps et la cravate. Un véritable cérémonial !

Malgré cette pléiade de personnes, Louis XIV devait parfois se sentir seul et n’espérer qu’une chose : la tranquillité. Peut être que Matthieu devrait aussi apprendre à dire non, à savoir s’imposer des périodes de vraie solitude. Ainsi pourra-t-il prendre du recul et se poser les bonnes questions comme : les codes ont-ils changé ?

Charlotte

Agent territorial en action... |
Jetestpourvous |
Katouya 6 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | number one for you
| Le grenier de Polly
| Geek le blogeur